Serbie : fausses alertes à la bombe ou vrai terrorisme d’État ?

| |

Des centaines de fausses alertes à la bombe ont visé la Serbie la semaine dernière. Des actes qualifiés de terroristes par la justice. Mais qui en sont les auteurs, et pour quels objectifs ? Les autorités ont très vite parlé de pressions à cause du refus de la Serbie d’imposer des sanctions à la Russie. Et si Belgrade était plutôt à l’origine de ces alertes ? Point de vue.

Traduit par Nikola Radić (article original) et adapté par la rédaction Ces menaces seront « très probablement qualifiées de crimes terroristes », a déclaré le bureau du Procureur général après les centaines d’alertes à la bombe qui ont visé Belgrade et la Serbie la semaine dernière, dans des écoles, des centres commerciaux et même des hôpitaux. Difficile de ne pas être d’accord avec une telle qualification. Le droit pénal considère comme terroristes les actes tels que les attentats, enlèvements ou prises d’otages, la destruction d’équipements d’infrastructures publics, le détournement de transports, l’utilisation d’armes, de matières dangereuses, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous