Serbie : la BIA, des services de renseignements au service exclusif de Vučić

| |

Dans la Serbie d’Aleksandar Vučić, l’Agence de sécurité et de renseignements (BIA) est une institution tout-puissante et sans contrôle. Quelles sont ses compétences légales ? A-t-elle le droit de lire nos e-mails ? De mettre les citoyens sur écoutes ? Comment Aleksandar Vučić en a-t-il pris le contrôle ? Quel est toujours le poids des cadres issus de la période Milošević ? Deux spécialistes répondent aux questions d’Omer Karabeg.

Propos recueillis par Omer Karabeg Predrag Petrović est le directeur exécutif du Centre de Belgrade pour les politiques de sécurité, et Božo Prelević est ancien ministre de l’Intérieur dans le gouvernement de transition après la chute de Milošević. Ils répondent aux questions d’Omer Karabeg. Omer Karabeg (O.K.) : Quel est le travail de l’Agence de sécurité et de renseignements (BIA) ? S’agit-il d’un service de renseignements classique ? Predrag Petrović (P.P.) : Ce n’est pas un service de renseignements classique. C’est un service de type mixte, qui s’occupe principalement de contre-espionnage et de sécurité. La BIA dispose également des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous