Pavelić et Mihailović, le retour des ombres de la Seconde Guerre mondiale

| |

Depuis le début des années 1990, le mouvement est régulier et inexorable : les mémoires des oustachis et des tchekniks sont réhabilitées en Croatie et en Serbie. Pour promouvoir quel type de société ? L’historien croate Hrvoje Klasić converse avec son homologue serbe Srđan Milošević, sous l’oeil d’Omer Karabeg.

Propos recueillis par Omer Karabeg Omer Karabeg (O.K.) : Peut-on dire que Franjo Tuđman a ouvert la voie à la réhabilitation de l’État indépendant de Croatie (NDH), lorsqu’il s’est adressé à l’Assemblée générale du HDZ en 1990, en déclarant : « Le NDH n’était pas un petit État ’fantoche’, il ne représentait pas un crime ’fasciste’, il était la conséquence des aspirations politiques du peuple croate, qui voulait un État indépendant et être reconnu par les institutions internationales, en l’occurrence par l’Allemagne hitlérienne ». Rappelons que les mots « fantoche » et « fasciste » ont été employés avec des guillemets. Hrvoje Klasić (H.K.) : Ceci n’est (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous