Antifascisme, communisme, révisionnisme : Goli Otok, l’insondable bataille des mémoires

| |

C’est un petit caillou planté au milieu de l’Adriatique. Après avoir été une prison austro-hongroise pendant la Première Guerre mondiale, Goli Otok est devenue le plus célèbre camp de prisonniers politiques yougoslaves. Symbole de la face sombre du titisme, sa mémoire fait l’objet d’une intense instrumentalisation anticommuniste. Il est temps d’en finir avec le sensationnalisme et les rumeurs délétères et d’affronter en face ce stigmate du passé.

Par Milica Prokić Petite île aride de la baie de Kvarner en Croatie, Goli otok émerge tel un os de la mer Adriatique, à 5,5 km de l’île de Rab. Sa célébrité, ce petit bout de terre le doit à la période 1949-1956, quand il fut transformé en camp d’internement pour les prisonniers politiques. Cela faisait suite à la rupture entre Tito et Staline. Goli otok est devenue le symbole de la répression contre les staliniens. « Goli otok est un grand secret. » Voilà comment Dragica Vitolović-Srzentić concluait notre interview en septembre 2011. Cette ancienne combattante de la Guerre de libération populaire yougoslave, décorée - entre autres - de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous