Musique : Cevdet Erek d’Istanbul, ou le son et l’espace autour du davul

| |

Aussi appelé daouli en grec, tupan en bulgare ou Iodra dans les régions albanaises, le davul est un tambour traditionnel, largement répandu des Balkans au monde perse. Artiste touche à tout, amateur d’expérimentations sonores, le stambouliote Cevdet Erek ne finit pas d’en explorer les possibilités. Rencontre à Berlin à l’occasion de l’aventureux festival Club Transmediale.

Propos recueillis par Louis Seiller C.d.B. : Quelle place pour l’improvisation dans votre jeu ? C.E. : Qu’il soit court ou dure toute la nuit, je ne répète jamais avant un concert, simplement un petit échauffement ou une balance. C’est l’improvisation totale. Mais il y a certaines choses sur lesquelles je travaille depuis l’album, donc les thèmes fondamentaux reviennent lors de la plupart de mes performances. Dans le même temps, de nouveaux motifs et idées apparaissent à chaque fois. Dernièrement, j’ai beaucoup expérimenté sur scène, en jouant avec les microphones et le système de sonorisation mais, également avec le lieu où se déroule le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous