Tensions en Bosnie-Herzégovine : Bakir Izetbegović remet de l’huile sur le feu

| |

Dans une interview à la Deutsche Welle parue le 13 novembre, le membre bosniaque de la présidence a déclaré qu’il souhaitait que son pays reconnaisse l’indépendance du Kosovo. Il a jouté qu’en cas de déclaration de sécession de la Republika Srpska, il pourrait recourir à l’armée. Des propos qui ont provoqué un véritable ouragan côté serbe.

Par Léa Saugier D’abord interrogé sur le Kosovo, Bakir Izetbegović a répondu que la Bosnie-Herzégovine aurait déjà dû reconnaître son indépendance. Relancé sur la situation de l’entité serbe de Bosnie-Herzégovine (RS), il a jugé que les vrais patriotes étaient prêts « à aller jusqu’au bout » pour protéger l’intégrité territoriale du pays. Lorsque les journalistes lui ont demandé s’il était préparé au pire des scénarios, il a littéralement répondu : « À la guerre ? Je le suis. » Ces paroles ont eu l’effet d’une bombe en RS et en Serbie. Très vite, le président de RS, Milorad Dodik, a réagi en traitant Bakir Izetbegović « d’ennemi numéro un de la nation serbe (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous