Intégration européenne : la Bosnie-Herzégovine à la croisée des chemins

| |

Dix-huit mois après avoir présenté sa candidature officielle à l’Union européenne, la Bosnie-Herzégovine fait du surplace : les réformes sont en panne, et le pays aura bien du mal à répondre aux 3 242 questions posées par la Commission. À moins que la classe politique ne se ressaisisse radicalement. Un miracle est toujours possible.

Par Gordana Sandić-Hadžihasanović « La Bosnie-Herzégovine se trouve à la croisée des chemins. Il semble de moins en moins probable qu’elle puisse poursuivre son processus d’intégration : soit elle renonce à ses ambitions européennes, soit elle dépasse ce point critique et s’oriente vraiment vers le statut de candidat », a déclaré le ministre Igor Crnadak, l’un des rares responsables bosniens à reconnaître publiquement les blocages du processus. Pour sortir de l’ impasse, il a proposé une session conjointe du Conseil des ministres, des gouvernements des deux entités et des représentants du district de Brčko. « J’aimerais que lors d’une réunion de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous