Kosovo 1999-2019 : « nous, les réfugiés » (un printemps à Skopje)

| |

Après le début des bombardements de l’Otan, le 24 mars 1999, des centaines de milliers d’Albanais du Kosovo sont chassés de leur domicile par les forces serbes, ou choisissent de partir pour l’étranger. En Macédoine, les conditions de vie dans le camp de Blace sont terribles. Le récit de notre correspondante au Kosovo, Nerimane Kamberi.

Par Nerimane Kamberi Fin de journée, je quitte le camp pour rentrer à la maison que nous occupons sur les hauteurs de Skopje, à Pod Kale. Nous faisons partie des chanceux, si l’on peut parler de chance dans ces circonstances... Mais si, on peut parler de chance. Nous avons quitté le Kosovo, Pristina, notre quartier de Dardania, au bon moment. Nous avons fui la guerre le quatrième jour des bombardements. Avant l’exode massif de début avril 1999. En voiture, certes pas avec la nôtre qui ne voulait pas démarrer, mais en voiture et non pas poussés vers les trains par les forces serbes. On a donné 500 marks à des paramilitaires en cagoule (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous