Kosovo : le carcan néolibéral et les espérances déçues du gouvernement Kurti

| |

Il a incarné un immense espoir de changement, mais Albin Kurti n’a pas pu rompre avec les dogmes néolibéraux suivis par tous les gouvernements du Kosovo depuis vingt ans. Même les mesures envisagées pour faire face à la pandémie ne sortaient pas de ce cadre, bien loin de répondre à l’urgence sociale. Le point de vue du chercheur Artan Mustafa.

Traduit et adapté par Belgzim Kamberi Spécialiste des politiques sociales, Artan Mustafa enseigne à l’Université privée UBT de Pristina. Le Monde Diplomatique (LMDA) : Le gouvernement d’Albin Kurti a été mis en minorité au Parlement le 25 mars dernier. Vetëvendosje proposait une rupture radicale, mais le programme de la coalition est toujours resté bien plus limité... Artan Mustafa (A.M.) : Le programme du gouvernement Kurti ne supposait pas un changement substantiel du paradigme néolibéral imposé depuis la fin de la guerre par les organisations internationales, en particulier la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous