Kosovo : crises politiques par temps d’épidémie

Après la chute controversée du gouvernement d’Albin Kurti au printemps dernier, sous la pression des États-Unis, c’est désormais la fragile coalition emmenée par la LDK d’Avdullah Hoti qui est sur la sellette. L’inculpation du président Thaçi et de plusieurs cadres de l’UÇK par les Chambres spécialisées, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, fait en effet des vagues au sommet de l’exécutif. Surtout chez ses partenaires dirigés par d’anciens gradés de la guérilla : l’AAK de Ramush Haradinaj et Nisma-Socialdemokrate de Fatmir Limaj.