Kosovo : Albin Kurti renversé, mais pas vaincu

| |

De fortes pressions américaines ont fait tomber le gouvernement du Kosovo. En pleine pandémie de coronavirus, Albin Kurti continue de gérer les « affaires courantes » et reste politiquement incontournable. L’analyse de Besnik Pula.

Par Besnik Pula Le 26 mars, alors que le Kosovo était confronté à la pandémie, le Parlement a approuvé une motion de censure contre le gouvernement dirigé par Albin Kurti. La motion a été initiée par les députés de la Ligue démocratique du Kosovo (LDK) à la demande directe du chef du parti, Isa Mustafa. Le gouvernement Kurti est tombé au bout de 50 jours seulement. Même si le prétexte immédiat à cette motion de censure a été fourni par le limogeage du ministre de l’Intérieur Agim Veliu, issu des rangs de la LDK, le fossé politique séparant Vetëvendosje et la LDK n’avait cessé de s’élargir depuis des semaines, essentiellement autour de la taxe (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous