Vetëvendosje : l’autodestruction d’un parti de gauche au Kosovo

| |

Première force d’opposition parlementaire au Kosovo, Vetëvendosje ! est sur le point d’imploser. Au sein du parti, les accusations croisées fusent : « dérive autocratique » de son chef Albin Kurti, culture politique « bolchevique » contre « infiltration d’espions serbes »... Et beaucoup de citoyens du Kosovo concluent amèrement : « le PDK a volé notre pain, Vetëvendosje ! est en train de détruire notre espoir ». L’analyse d’Andi Bushati.

Fin novembre 2017, Albin Kurti était une nouvelle fois emprisonné pour des raisons politiques, et c’est depuis la prison qu’il a annoncé sa candidature à la présidence du mouvement Vetëvondosje !, cette charge étant alors assurée par Visar Ymeri. La crise qui couvait depuis un an au sein du parti n’a pas tardé à éclater au grand jour. La première à claquer la porte a été la vice-présidente du parti, Aida Dërguti. Le 2 janvier, ce fut au tour de Visar Ymeri d’annoncer sa démission. Le 19 janvier, Albin Kurti a finalement été élu à la tête de Vetëvendosje !, mais à peine plus de 5000 militant.e.s ont pris part au vote, tandis que près de la moitié des 32 (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous