Kosovo : après la démission d’Haradinaj, d’inéluctables élections anticipées

|

Sa convocation à La Haye lui a offert le bon prétexte pour démissionner et engager le Kosovo dans la voie menant à de nouvelles élections anticipées. Ramush Haradinaj espère bien faire fructifier son engagement en faveur de l’intangibilité des frontières du Kosovo. Réactions et analyse.

Par H.B. « Je préfèrerais démissionner qu’accepter le partage du Kosovo ou la création d’une Republika Srpska, une république à la Dodik, que l’on offre désormais à la Serbie comme cadeau pour essayer d’obtenir sa reconnaissance », déclarait le Premier ministre Ramush Haradinaj dans une interview accordée la veille de sa démission et de sa convocation par les Chambres spécialisées de La Haye chargées de juger les crimes de guerre commis au Kosovo entre 1998 et 2000. Alors que la classe politique de Pristina dénonce « l’instrumentalisation politique » de la justice internationale, la démission de Ramush Hardinaj rebondit sur les questions du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous