Accord Kosovo-Serbie : Jérusalem, un cheveu dans la soupe de Vučić

| |

En signant à la Maison-Blanche un accord de « normalisation économique » avec Pristina, le Président serbe savait-il vraiment ce qu’il faisait ? Avec le transfert annoncé de son ambassade à Jérusalem, la Serbie risque de se mettre à dos tout le monde arabe, des alliés jusque là précieux, mais aussi l’Union européenne, la Russie et la Chine. Un funambulisme diplomatique périlleux.

Par Milica Čubrilo Filipović « La Serbie s’engage à ouvrir un bureau commercial ce septembre à Jérusalem et à y transférer son ambassade en juillet prochain », s’exclamait, visiblement comblé, Donald Trump dans le Bureau ovale. C’était le 4 septembre, lors de la signature de l’accord de « normalisation économique » entre Belgrade et Pristina. « C’est fantastique, un grand jour pour la paix au Proche-Orient ! » Le regard du Président serbe s’est un instant figé. Aleksandar Vučić, assis à un petit bureau à la droite du Président américain, s’est ensuite penché vers ses papiers, s’est tourné visiblement inquiet vers ses conseillers, s’est passé la main sur le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous