Kosovo-Serbie : le dialogue, ligne de fracture entre Bruxelles et Washington

| |

Alors que le « bulldozer » américain mène tambour battant les négociations entre Belgrade et Pristina, les dissensions avec le partenaire européen semblent se multiplier. De son côté, Bruxelles ne semble plus en mesure de faire entendre sa voix dans les Balkans. En attendant, le gouvernement du Premier ministre du Kosovo, Albin Kurti, est sous pression pour annuler la taxe de 100% sur les matières premières importées de Serbie et de Bosnie-Herzégovine.

Par Hysni Bajraktari « Isa Mustafa est un leader courageux. La suppression de la taxe demain sera un merveilleux début pour progresser davantage. Mais le développement économique ne peut avancer tant que la taxe n’est pas levée », a tweeté dimanche l’envoyé spécial des États-Unis pour le dialogue entre le Kosovo et la Serbie, Richard Grenell. Sa réaction faisait suite à l’appel du président de la Ligue démocratique du Kosovo (LDK), Isa Mustafa, à lever les taxes à 100% sur les matières premières importées de Serbie et de Bosnie-Herzégovine, « comme le demandent les États-Unis ». Le chef de la LDK s’est ainsi aligné de facto sur Washington, prenant (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous