Les États-Unis, l’UE et le dialogue Kosovo-Serbie : un objectif, deux stratégies

| |

Ces derniers mois, la diplomatie américaine avait éclipsé l’Union européenne au sein des négociations entre le Kosovo et la Serbie, pour la définition d’un « accord définitif » entre les deux pays. Mais l’Allemagne et la France veulent revenir au cœur du jeu et signent une lettre ouverte pour réaffirmer leur position. La reprise du dialogue reste néanmoins suspendue au règlement de la crise politique interne au Kosovo.

Traduit par Chloé Billon (article original) Dans une lettre ouverte datée du 23 mai dernier, les ministres des Affaires étrangères français et allemand définissaient ensemble les lignes directrices de la reprise des négociations en vue d’un accord final entre le Kosovo et la Serbie. Pour Jean-Yves Le Drian et Heiko Maas, la conclusion de celui-ci doit au préalable passer par la résolution des nombreuses questions en suspend. « Il n’y a pas de solution simple ni rapide. Une approche sérieuse requiert des négociations approfondies et bien structurées, l’UE jouant le rôle de facilitateur de bonne foi », écrivent-ils. Pour l’analyste Bodo (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous