Kosovo : missions impossibles pour le nouveau gouvernement Kurti ?

| |

Albin Kurti est officiellement devenu lundi après-midi le nouveau Premier ministre du Kosovo après quatre mois de bras de fer avec la LDK. Sa coalition aura la lourde tâche de regagner la confiance de la population, exaspérée par 20 années de corruption et de stagnation économique, mais aussi de parvenir à un accord avec Belgrade.

Par Belgzim Kamberi Par 66 voix pour et 10 abstentions, le Parlement du Kosovo a voté lundi après-midi en faveur du nouveau gouvernement formé par Albin Kurti. Les députés de l’opposition du PDK, de l’AAK et de NISMA, anciennement au pouvoir, avaient quitté l’hémicycle avant le vote, intervenu au bout de longues heures de débats. Les députés serbes de la Liste Srpska, téléguidée depuis Belgrade, se sont abstenus, alors même qu’ils disposent de deux ministères. « L’ancienne façon de faire de la politique prend fin aujourd’hui », a lancé Albin Kurti pour son premier discours en tant que chef du gouvernement. « À ceux qui reconnaissent et respectent (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous