Crise politique au Monténégro : l’art de marquer des buts contre son camp

| |

La scène politique monténégrine ressemble à un champ de ruines. Après la chute du gouvernement minoritaire de Dritan Abazović, plombé par les Démocrates d’Aleksa Bečić, les coups pleuvent. Le DPS de Milo Đukanović, lui, se frotte les mains, en attendant sa revanche.

Traduit par Persa Aligrudić (article original) et adapté par la rédaction Le gouvernement minoritaire est tombé. Il était évident que le cabinet de Dritan Abazović, ne tiendrait pas longtemps, et le 20 août peu après minuit une motion de défiance a finalement sanctionné l’exécutif, avec le soutien de cinquante députés sur les 81 que compte le Parlement. Les élus du Front démocratique (DF) et de la coalition Noir sur blanc ainsi que le député Miodrag Lekić (Demos) n’ont pas pris part au vote. Plusieurs modèles sont évoqués pour sortir de la crise : un nouveau cabinet issu de la majorité du 20 août, un gouvernement technique, voire des législatives (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous