Corruption en Roumanie : le grand enfumage des libéraux

| |

Placer des hommes de son parti aux postes-clés de l’administration, voilà une pratique qui a la vie dure en Roumanie. Cela avait même suscité une grande vague de protestations en 2019 contre l’« État raté ». Au pouvoir depuis un an, les libéraux avaient promis de mettre fin à cette pratique. Quelques jours avant les élections législatives, la retentissante enquête de Recorder met à jour l’hypocrisie du plus puissant parti d’aujourd’hui.

Adapté par Florentin Cassonnet Jeune homme, ne plaisante pas avec eux, ils te réduiront en poussière. Ovidiu Ianculescu a de quoi être amer. Son parcours est celui d’une patiente et laborieuse ascension au mérite, depuis une enfance dans une famille modeste de Timișoara, des études d’ingénieur financées en travaillant à côté et un début de carrière dans l’administration des eaux en 2009. Il a ensuite gravi les marches « une à une », à force de travail, de promotions et de concours internes. En 2019, il candidate au poste de directeur du Système de gestion des eaux du Mureș, à l’époque vacant. Pour passer l’examen, il doit ingurgiter une longue (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous