Bosnie-Herzégovine : les politiques se partagent le pouvoir, les citoyens déchantent

| |

Plus de six semaines après les élections générales, les partis politiques négocient à tous les échelons pour former les institutions. Dans ce jeu de pouvoir, toutes les coalitions sont permises. Grands gagnants, les partis ethno-nationalistes de Dragan Čović et Milorad Dodik mènent le bal tandis que de nombreux électeurs ont le sentiment d’avoir été utilisés, sans réelle amélioration possible.

Par Marion Roussey Le 8 novembre à 11h, Dragan Čović, le chef de la puissante Communauté démocratique croate de Bosnie-Herzégovine (HDZ-BiH) recevait à Mostar les représentants des huit partis rassemblés autour de « la Trojka », composée du Parti social-démocrate (SDP), du parti Narod i Pravda et des socio-libéraux de Naša stranka. Une claque pour de nombreux électeurs de ces formations citoyennes qui les ont soutenues pour marquer leur opposition aux politiques ethno-nationalistes qui se partagent le pouvoir. L’objectif de ce premier round de négociations officielles : s’accorder sur la mise en œuvre d’éventuelles coalitions au niveau (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous