Bosnie-Herzégovine : juger les crimes de guerre, mission interminable... ou impossible

| |

Il y a quinze ans, la Bosnie-Herzégovine assurait que juger les crimes de guerre était une priorité absolue. Ce processus de justice transitionnelle est vite devenu l’otage et le symbole des divisions et des blocages du pays. Sans parvenir à favoriser la réconciliation.

Traduit et adapté par Simon Rico (Article original) De nombreux crimes de guerre ont été commis pendant la guerre de 1992-95 mais ce n’est qu’à partir du milieu des années 2000 que la justice bosnienne a commencé à lancer des poursuites. Avant cela, il a d’abord fallu attendre l’adoption en 2003 de la résolution 1503 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui a défini la stratégie d’achèvement des travaux du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY). Selon ce texte, la communauté internationale s’engage à soutenir les juridictions nationales des pays engagés dans les guerres de la première moitié des années 1990 en vue d’« (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous