Monténégro : questions sans réponses sur un mystérieux « coup d’Etat »

| |

« Si nous croyons à cette absurdité, nous sommes des idiots, si nous n’y croyons pas, nous devenons des ennemis de l’Etat ». C’est ainsi que l’avocat Vladan Bojić a commenté le verdict rendu le 9 mai dans l’affaire du supposé « coup d’Etat pro-russe » d’octobre 2016. De fait, aucune réponse n’a été apportée aux nombreuses questions que pose le scénario défendu par les autorités.

Par Zoran Radulović Pour Milan Knežević, aucun doute n’est possible. Dans sa défense, il a souligné que la juge Mugoša avait violé la loi sur les procédures pénales : « On a voulu prouver que ce sont les Serbes qui ont voulu renverser l’État du Monténégro, les Serbes et certains Russes imaginaires ». Il a conclu sa défense en lançant « voici le dernier mot du Monténégro de Njegoš, mais le verdict sera donné par le Monténégro de Soros ». Il est clair qu’un tel procès et des condamnations prononcées sans aucune preuve matérielle valide ne peut servir qu’à ceux qui veulent jouer sur la carte des tensions nationales, afin de faire passer au second plan (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous