Turquie : les réfugiés afghans face à la montée de la xénophobie

| |

Ces dernières semaines, les discours de haine prolifèrent en Turquie à l’égard des Afghans. En réponse, le régime Erdoğan a choisi de jouer la carte de la fermeté. Présents depuis des années, ces milliers d’exilés, souvent employés au noir, contribuent pourtant à l’économie nationale. Entretien.

Propos recueillis par Claire Corrion Didem Danış est sociologue et professeure à l’Université de Galatasaray. Elle travaille depuis quinze ans sur le thème des migrations en Turquie. Avec des membres de l’Institut français d’études anatoliennes (IFEA), elle s’est rendue à Van du 3 au 5 août. Cette ville située à proximité de la frontière avec l’Iran est un point d’entrée important pour les réfugiés qui passent par la Turquie. Courrier des Balkans (CdB) : Avant même que Kaboul ne tombe aux mains des Talibans, des images de réfugiés traversant en masse la frontière entre l’Iran et la Turquie circulaient déjà dans les médias turcs et sur les réseaux (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous