Serbie : pollution chinoise dans les mines de Bor

| |

L’air est irrespirable, les sources d’eau se tarissent et le sol bouge tellement que les maisons se fissurent. Depuis le rachat des mines de cuivre de Bor par le groupe chinois Zijin fin 2018, l’activité a explosé, la pollution aussi. Les riverains se mobilisent mais se heurtent au mur des autorités. Reportage.

Par Milica Čubrilo-Filipović « Nos vies sont en danger », souffle Dragoslav Nikolić. Cet ingénieur en mécanique à la retraite est le maire adjoint de Krivelj, un bourg situé juste à côté de la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert d’Europe. En décembre 2018, le groupe chinois Zijin a racheté 63% du combinat minier public RTB Bor pour près de 1,5 milliard de dollars. Depuis, l’exploitation s’est accélérée et le quotidien des riverains est de moins en moins vivable. Au moment du rachat, les habitants de cette région sinistrée depuis la disparition de la Yougoslavie socialiste s’étaient pourtant réjouis de l’arrivée de ce repreneur étranger. Très (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous