Roumanie : mauvaise rentrée pour le PSD qui perd sa majorité au Parlement

| |

Avant la rentrée, c’est la saison des transferts en Roumanie. L’ALDE vient de quitter la coalition gouvernementale pour se rapprocher du parti « réformateur » de l’ancien Premier ministre Victor Ponta. Un coup tactique à l’approche de la campagne présidentielle et un coup dur pour le PSD qui perd sa majorité et risque désormais une motion de défiance. Décryptage.

Par Fl. Cass. Officiellement, il s’agit d’un désaccord sur le « budget non viable », comme l’explique Călin Popescu-Tăriceanu, le chef de l’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe (ALDE), qui a annoncé, lundi 2 septembre, qu’il démissionnait de la présidence du Sénat. En réalité, il s’agit de s’éloigner du Parti social-démocrate (PSD), premier parti de Roumanie sur lequel pèse, à tort et à raison, la responsabilité d’une grande partie des dysfonctionnements structurels du pays. Trois ministres ALDE sur quatre ont démissionné lundi 26 août. Seule Ramona Mănescu a choisi de rester à son poste de ministre des Affaires étrangères. Selon (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous