Peščanik

Opportunisme politique ou courage moral, les deux visages de la Serbie

| |

Le journaliste Aleksandar Tijanić et l’avocat Srđa Popović sont décédés à un jour d’intervalle, les 28 et 29 octobre derniers. Le premier, ancien ministre de Milošević et protégé de Koštunica, était directeur de la RTS. Le second était un militant inlassable des droits de la personne. Le premier a eu droit à tous les hommages officiels, pas le second. Le regard de l’ancien ministre Žarko Korać.

Par Žarko Korać L’avocat Popović qui, contrairement au journaliste pop star n’a pas été enterré dans l’Allée des Grands Hommes, a essayé, lui, de défendre un parti-pris moral toute sa vie et d’en faire sa devise professionnelle. Né dans une famille bourgeoise, d’un père avocat célèbre, il aurait pu choisir une vie beaucoup plus confortable. Au lieu de ça, il a choisi de défendre gratuitement des gens qui entrait en conflit avec le régime politique. Au lieu de fuir les procès à risque, Srđa Popović les choisissait et montrait ainsi le meilleur côté de la profession d’avocat. Il a souvent rendu l’honneur de cette façon à une justice trop souvent (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous