To Vima

La Grèce secouée par une vague de terrorisme

| |

Ces trois derniers mois, la Grèce est frappée par une recrudescence d’actes terroristes : attaques de commissariats, de banques, de télévisions mais aussi d’hommes politiques ou de journalistes... La police est sur les dents mais reste pour l’instant incapable de mettre la main sur ces groupuscules inspirés par le gauche radicale. Des violences qui rappellent certainement de mauvais souvenirs aux autorités, incapables de démanteler pendant 27 ans le groupe du 17 novembre, dont le nom rappelle ce jour de 1973 où la rébellion estudiantine fut matée dans le sang par la junte des colonels.

Par G. Lambropoulos « Panique généralisée » : ce sont les seules termes que trouvent les experts et les responsables des services antiterroristes grecs pour qualifier la « guérilla urbaine » qui sévit dans le pays depuis quelques mois, notamment depuis les événements de décembre. « Nous avons constaté, ces trois derniers mois, le développement d’attaques incessantes, avec l’usage d’armes et d’explosifs. Ce phénomène n’a pas de précédent ces 35 dernières années », reconnaissent les policiers. Le pire, soulignent-ils, est que les terroristes en question ne cherchent en aucune manière à limiter les pertes humaines. Cela s’est bien vu lors de la tentative (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous