Serbie et Kosovo : faire monter les tensions pour justifier les échanges de territoires

| |

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni lundi soir à la demande de la Russie pour examiner la création d’une armée du Kosovo. Après l’instauration d’une taxe à 100% sur les produits importés de Serbie, les tensions ne cessent de monter entre Belgrade et Pristina. Pendant ce temps-là, le spectre d’un échange de territoires rôde toujours. Deux anciens hauts responsables de Belgrade et de Pristina décryptent la situation au micro d’Omer Karabeg.

Propos recueillis par Omer Karabeg Va-t-on assister à des échanges de territoire entre le Kosovo et la Serbie ? Le dialogue peut-il reprendre ? Entretien avec Goran Bogdanović, ancien ministre en charge du Kosovo (Parti démocratique, DS), et Ramush Tahiri, ancien haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères du Kosovo. Omer Karabeg (O.K.) : Peut-on dire que les relations entre Belgrade et Pristina sont aujourd’hui aussi mauvaises que lors de la proclamation d’indépendance du Kosovo ? Goran Bogdanović (G.B.) : Il y a eu pire. Souvenez-vous de l’attaque des membres de la ROSU aux postes-frontières de Jarinje et de Brnjak. Mais (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous