« Corriger » les frontières entre le Kosovo et la Serbie, une idée d’un autre temps

| |

L’idée d’une « rectification des frontières » a déjà produit des résultats : elle a permis à Belgrade de demander ouvertement la partition du Kosovo. Mais la Serbie poursuit aussi un autre objectif : inclure l’Albanie dans le jeu, en vue d’une « solution définitive » à la question du Kosovo. Analyse.

Par Shkumbin Beqiri Si la partie serbe a tout intérêt à négocier avec Tirana des frontières qui sépareraient les Albanais et les Serbes, c’est qu’il est important pour Belgrade de contrôler quelques points stratégiques comme le complexe industriel de Trepça ou le lac artificiel de Gazivode (Ujman en albanais). En contrôlant ces points stratégiques, les Serbes veulent renforcer leur influence et pouvoir en demander encore plus. Si le Kosovo n’était plus une entité politique indépendante, mais une partie du territoire de l’Albanie, la Serbie pourrait exiger plus de droits sur l’utilisation des eaux de Gazivode, alors que l’approvisionnement du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous