Vreme

In memoriam Bogdan Bogdanović (1922-2010)

| |

Bogdan Bogdanović s’est éteint vendredi 18 juin à Vienne, où il résidait depuis 1993, après avoir fui son pays, la Serbie. Architecte, urbaniste, ancien membre de l’Académie serbe, il avait été maire de Belgrade de 1982 à 1986. Dès que la guerre éclate, il s’oppose courageusement au nationalisme. Pour dénoncer la destruction de Vukovar, de Sarajevo et d’autres villes, il crée le néologique « Urbicide ». Hommage à l’un des plus grands intellectuels du XXe siècle.

Par Milan Milošević J’ai rencontré Bogdan Bogdanović alors que j’étais un jeune journaliste à NIN, quand il était lui-même un jeune professeur à la Faculté d’architecture, où il dirigeait la nouvelle école qu’il avait lui-même fondée. C’était une sorte d’atelier créatif. Il incitait les étudiants à penser à la civilisation, à la culture, au langage et aux symboles et à construire des villes sur ces bases. L’architecture et l’urbanisme sont d’après cette école de pensée, directement liées à l’époque dans laquelle ils naissent. Dans son œuvre Zaludna mistrija, il nous fait découvrir les aspects mythiques et symboliques de l’architecture. Bogdan Bogdanović, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous