Le Courrier des Balkans

Edouard Limonov et Danilo Kiš : le fascisme et la littérature

| |

Le magazine littéraire Književni List de Belgrade vient de publier une nouvelle d’Édouard Limonov, dirigeant du Parti national-bolchévik de Russie. Elle dépeint en termes violemment racistes le « sale Danilo ». Il s’agit bien sûr de l’immense écrivain yougoslave Danilo Kiš, un « sang impur » selon les critères fascistes de Limonov, ami bien connu de Radovan Karadžić. La réaction de l’anthropologue Ivan Čolović.

Par Ivan Čolović Cette étrange question a été posée par l’écrivain polonais Ksistof Varga lors d’une réunion tenue en juin 2005 à Belgrade, consacrée à Danilo Kiš. À cette occasion, l’écrivain polonais a douté du fait que Kiš soit vraiment un écrivain respecté et lu dans son propre pays. Car s’il en avait été ainsi, estimait Ksitsof Varga, c’est-à-dire si les gens de l’ex-Yougoslavie avaient vraiment aimé et lu Kiš, alors ils n’auraient probablement pas permis que la guerre éclate dans leur pays, il n’y aurait eu ni violences ni souffrances, il n’y aurait pas eu le crime de Srebrenica. En réfléchissant à cette idée, Ksistof Varga s’est souvenu de Radovan Karadžić (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous