Le Courrier des Balkans

Grèce : l’incertain destin d’une loi contre les violences racistes et xénophobes

| |

Faut-il une loi plus sévère contre les violences et les propos racistes et xénophobes ? Le but est bien sûr de contrer le mouvement fasciste Aube dorée, mais celui-ci pourrait utiliser la loi en insistant sur la reconnaissance du « génocide » perpétré sur les Grecs d’Asie mineure... Le projet de loi présenté par le ministère de la Justice sur la lutte contre le racisme et la xénophobie a été mis au placard, au moins provisoirement.

(Avec Ta Nea et To Vima) - Le projet de loi a été retiré sur ordre du Palais Maximou afin de procéder à l’amélioration du texte qui pourrait poser des problèmes constitutionnels ou parce que certains passages seraient « mal formulés ». Une version finalisée de ce texte « antiraciste » avait été envoyée vendredi par le ministre de la Justice Antonis Roupakiotis, aux autorités compétentes au sein du gouvernement ainsi qu’aux chefs de parti. Selon ses détracteurs, l’application de certaines dispositions de la loi auraient posé problème en l’état actuel du texte, soulignées en particulier par le Parti communiste et l’Eglise orthodoxe, dont les objections ont été (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous