Birn

EULEX : cafouillages inter-européens autour du déploiement de la future mission au Kosovo

| |

Un haut fonctionnaire de la Commission européenne, Pierre Mirel, a affirmé vendredi que Bruxelles acceptait les conditions de Belgrade : Eulex devra avoir l’approbation du Conseil de sécurité des Nations Unies, sera « neutre » quant au statut du Kosovo et n’appliquera pas le plan Ahtisaari. Des propos immédiatement démentis par l’Émissaire de l’UE au Kosovo, Pieter Feith... Les chefs de la diplomatie européenne se réunissent aujourd’hui à Bruxelles. EULEX devrait être opérationelle en décembre.

L’envoyé spécial de l’Union européenne au Kosovo a rejeté les affirmations de la presse prétendant que les Européens auraient accepté les conditions posées par Belgrade au déploiement de la nouvelle mission de l’Union européenne au Kosovo, chargée de veiller à « la loi et l’ordre ». « Les commentaires attribués à un haut fonctionnaire de la Commission européenne, rapportés dans certains médias, ne reflètent pas la position officielle de l’Union européenne », a déclaré Pieter Feith, le représentant spécial de l’Union européenne au Kosovo. Il réagissait aux propos qu’aurait prononcés vendredi Pierre Mirel, directeur de la section Balkans occientaux de la Commission à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous