Bosnie-Herzégovine : les boulangeries fragilisées par la pandémie

| |

À Sarajevo comme ailleurs dans le pays, les boulangeries aussi souffrent de la pandémie du Covid-19. Baisse drastique de la clientèle, problèmes d’approvisionnement... Ces heures difficiles rappellent celles de l’interminable siège pendant la guerre et réveillent la solidarité.

Adapté par Aline Cateux (article original) « Je donnerais tout pour que la vie revienne à la normale... Mon Dieu, faites que ça ne dure pas. Je préfèrerais fermer que de licencier quelqu’un. Enfin, nous allons sûrement survivre. Un matin, on se réveillera et il n’y aura plus de mauvaises nouvelles. On dira que tout ça, c’est fini. » Ainsi parle Suad Beri, le patron de la boulangerie Rolin à Sarajevo, située dans le quartier d’immeubles de Dolac Malta. Depuis le début de la pandémie, les pekara de la capitale bosnienne, comme celles ailleurs dans le pays, ont perdu environ 70% de leur clientèle quotidienne. La peur du virus, mais aussi des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous