Migrants en Grèce : Athènes, dernière escale avant la route des Balkans

| | |

Des centaines de Syriens arrivent tous les jours à Athènes depuis les îles grecques, en route vers l’Europe. Jeunes diplômés, familles, hommes seuls, ils viennent de Syrie, mais aussi d’Irak ou d’Afghanistan. De leur chambre d’hôtel jusqu’à la place Omonia, récits d’exil en texte et en images.

Par Elisa Perrigueur (texte) et Maxime Gyselinck (photos) Chaque jour, les embarcations de fortune accostent sur les côtes grecques. Parmi les passagers, des Syriens, des Irakiens, des Afghans... Ces naufragés des conflits n’ont jamais été aussi nombreux. 124 000 sont arrivés en Grèce, sur les sept premiers mois de l’année. Selon les statistiques, de 60% à 70% d’entre eux sont Syriens. Des jeunes diplômés, des familles, des hommes seuls et égarés, en fuite pour ne pas être pris en étau Daech et le régime de Damas. Après avoir débarqué sur les îles, les migrants rejoignent la capitale, Athènes, escale inévitable pour préparer la suite de leur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous