Violences racistes en Grèce : « Les néonazis se sentent pousser des ailes »

| |

Début octobre, ce sont des ouvriers agricoles pakistanais qui ont été grièvement blessés dans la banlieue d’Athènes par un groupe de jeunes affiliés au parti néonazi Aube dorée et déjà impliqués dans d’autres agressions racistes. Dans une Grèce rongée par la chômage et la crise économique, les attaques anti-migrants ont encore de beaux jours devant elles.

Par Marina Rafenberg Samedi 7 octobre, à Asprópyrgos, une banlieue pauvre d’Athènes, deux ouvriers agricoles pakistanais, Asfak Mahmud et Vakas Hussein, ont été tabassés et attaqués avec des poings américains et des couteaux par un groupe de jeunes hommes, parmi lesquels des mineurs, comme le rapporte la presse grecque. Asfak Mahmud a dû être hospitalisé de toute urgence. Très vite, les photos de son visage ensanglanté ont circulé sur les réseaux sociaux et les médias grecs. Syriza, le parti du Premier ministre Alexis Tsipras, a dénoncé cet événement tragique : « Les photos des victimes révèlent le visage abominable du fascisme qui propage (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous