Réfugiés : sur la « route des Balkans », pris au piège des frontières fermées

Depuis le 8 mars 2016, la « route des Balkans » est officiellement fermée. Après la signature de « l’accord de la honte », l’Union européenne a confié à la Turquie la défense de sa frontière extérieure. Mais les relations exécrables entre Bruxelles et Ankara inquiètent l’Europe. Plus de 40 000 réfugiés sont toujours bloqués en Grèce et plusieurs milliers tentent de passer à leurs risques et périls dans le reste des Balkans. La Serbie s’étant transformée en cul-de-sac, de nouvelles routes ont ouvert, notamment via la Bosnie-Herzégovine.