Violences policières en Grèce : le gouvernement Mitsotakis s’obstine

| |

Depuis le 7 mars, les manifestations sont devenues quotidiennes dans tout le pays. Le gouvernement de Kyriákos Mitsotákis est sous le feu des critiques à cause d’une vidéo virale montrant un jeune homme violenté par la police. Mais le Premier ministre, accusé de dérive autoritaire, n’entend pas changer d’un iota sa politique.

Par Fabien Perrier Ce vendredi, le débat à la Vouli, consacré aux violences dans le pays, s’annonçait houleux. Il le fut. Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, chef du parti Nouvelle Démocratie (ND, droite), a toutefois glissé : « J’ai la responsabilité en tant que Premier ministre du pays de demander pardon à tous ceux qui ont été blessés par des cas de violences policières par le passé ». La petite phrase suffira-t-elle à calmer les esprits et à rassurer la part grandissante de Grecs inquiets d’un tournant autoritaire du gouvernement ? Pas sûr, car les violences policières se sont multipliées depuis l’arrivée de ND à la tête du pays en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous