Grèce : violences policières et répression judiciaire à l’Université de Thessalonique

|

Ce 25 février, une trentaine d’étudiants comparaissent devant le Tribunal de Thessalonique. Leur crime ? Avoir manifesté... La violente répression du rassemblement du 22 février fait craindre un précédent et rappelle les pires souvenirs de la dictature des colonels.

Par Fabien Perrier Ce jeudi 25 février, 31 étudiants doivent être entendus devant le Tribunal de Thessalonique, la seconde ville du pays. Ils se retrouvent le banc des accusés parce qu’ils ont participé à une manifestation sur le campus de l’Université Aristote le 22 février. Ils protestaient contre la loi de réforme des universités, votée le 11 février par 166 députés de Nouvelle Démocratie, le parti de droite au pouvoir, et de Solution grecque, un petit parti d’extrême droite. La police est arrivée et a exercé une violente répression sur les manifestants, au nombre d’environ 150 selon les témoins. Les scènes filmées ont fait le tour des réseaux (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous