Violences gynécologiques et obstétricales en Croatie : les femmes brisent le silence

| |

Grâce à la campagne #prekinimošutnju (« #brisonslesilence ») lancée par l’ONG Roda, les expériences gynécologiques et obstétricales traumatisantes vécues par de nombreuses femmes en Croatie reçoivent enfin l’attention du public. Des témoignages bouleversants qui révèlent le contexte délétère de la santé et l’attitude vis-à-vis du corps des femmes et de leurs douleurs. Analyse engagée.

Par Marija Ćaćić Curetages traumatisants et sans anesthésie, épisiotomie, points de suture, parturientes traitées de « douillettes », absence totale de compassion lors des fausses couches... Les nombreux témoignages d’accouchements recueillis par l’association Roda – une ONG croate qui s’engage depuis 2001 pour une grossesse, une parentalité et une enfance dignes – sont éloquents : en Croatie, quelle que soit leur classe sociale, toutes les femmes sont concernées par les violences obstétricales. À moins, bien sûr, comme pour tout le reste, d’avoir des « relations » à l’hôpital, ou de pouvoir se payer les services d’une clinique privée. Outre (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous