Serbie : tous les chemins de l’extrême-droite mènent à Rome

| |

Fascistes, néo-nazis et identitaires de Serbie et d’Italie ont tout pour s’entendre : haine des migrants et des LGBT, rejet du « libéralisme », fascination pour la Russie... Radiographie d’une nébuleuse brune très bien connectée.

Traduit par Chloé Billon (article original) | Adapté par la rédaction CasaPound, le Blocco Studentesco et Miša Vacić Le groupe néofasciste italien CasaPound a vu le jour en 2003 à Rome et n’a jamais vraiment percé lors des différentes échéances électorales depuis. Mais ses idées infusent toute l’extrême-droite italienne, dont Giorgia Meloni, la nouvelle présidente du Conseil, et son parti Fratelli d’Italia. Le nom de l’organisation s’inspire de l’écrivain américain fasciste Ezra Pound. Si CasaPound a essayé de jouer sur la fibre sociale pour s’attirer les faveurs de l’opinion publique, la base de son engagement reste la défense de l’identité (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous