Serbie : la restauration de la monarchie, un fantasme régressif et autoritaire

| |

L’idée d’une restauration de la monarchie agite la Serbie depuis la fin de la Yougoslavie socialiste. Avec la réhabilitation des tchétniks de Draža Mihailović, le mouvement légitimiste reprend du poil de la bête, laissant entendre qu’il ne s’agirait que d’un juste « retour aux traditions » et d’une « garantie de stabilité ». Analyse d’une utopie dangereusement rétrograde.

Par Matija Jovanović Voilà maintenant plus de trente ans que l’idée d’une possible restauration de la monarchie questionne la Serbie. Dans les années 1990, Vuk Drašković, le chef du Mouvement serbe du renouveau (SPO), en était l’un des plus farouches partisans. Si le SPO a perdu aujourd’hui de son influence, il a quand même réussi à faire entrer ses idées par la grande porte. En 1992, le Conseil de la couronne (Krunsko veće) et le Collège de la couronne (Krunski savet) ont été mis en place, suivis du Cabinet de la couronne (Krunski kabinet), les organes consultatifs de la famille royale Karađorđević, la dernière à être montée sur le trône (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous