Roumanie : un ministre de la Justice qui n’est pas aux ordres du parti

| |

Les conséquences des manifestations de janvier n’ont pas fini de se faire sentir. Le nouveau ministre de la Justice a rendu un projet de loi adaptant les ordonnances d’urgence abandonnées suite à la révolte populaire. Aucun seuil de préjudice n’y est mentionné. Ce que déplorent les dirigeants de sa propre majorité, en particulier le chef du Parti social-démocrate (PSD), Liviu Dragnea, actuellement en procès pour des emplois présumés fictifs.

Par Fl. Cass. Après les manifestations monstres du début de l’année, la coalition formée par le Parti social-démocrate (PSD) et l’Alliance des libéraux et démocrates (ALDE) a sacrifié le ministre de la Justice Florin Iordache et l’a remplacé par Tudorel Toader, doyen de la Faculté de droit de Iași et ancien juge de la Cour constitutionnelle roumaine. Choisir quelqu’un hors du sérail des partis politiques comportait le risque que ce dernier ne réponde pas au doigt et à l’œil des chefs de parti. C’est ce que le PSD et ALDE apprennent avec Tudorel Toader. Le nouveau ministre de la Justice vient en effet de terminer un projet de loi modifiant le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous