Roumanie : le retour de l’État-parti

| |

Depuis les législatives de décembre 2016, la démocratie roumaine est en pleine régression. Et les perspectives sont peu réjouissantes tant le Parti social-démocrate (PSD) tente par tous les moyens de prendre le contrôle des postes-clés de l’État et de subordonner la justice. La Roumanie va-t-elle de plus en plus ressembler à la Hongrie d’Orbán et à la Turquie d’Erdoğan ?

Par Dan Tăpălagă Depuis un an et le retour du PSD au pouvoir, la démocratie roumaine est en pleine régression. Un phénomène qui a fait sortir une partie de la société civile de sa léthargie, mais aussi provoqué la stupeur des chancelleries européennes et l’inquiétude du monde des affaires. La Roumanie est aujourd’hui une étrange combinaison de la Pologne de Kaczynski, de la Hongrie d’Orbán et de la Turquie d’Erdoğan. Le chef d’orchestre de ce mouvement, c’est Liviu Dragnea, président du Parti social-démocrate (PSD) et de la Chambre des députés. Ses tendances autoritaires sont comparables à celles des hommes à la tête de la Hongrie et de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous