Roumanie : le Parlement fait tomber le gouvernement, le PNL bombe le torse

| |

C’est une opposition unie qui a fait chuter le gouvernement de Florin Cîțu par une motion de censure au Parlement, neuf mois après les dernières législatives. Provoquée par le Président Klaus Iohannis et le chef du PNL Florin Cîțu, cette crise politicienne avant d’être politique fait surtout le jeu de l’extrême-droite. Analyse.

Par Florentin Cassonnet Clientélisme, opacité, blocage des réformes, orgueil et relents d’autoritarisme : décidément, le Pésident Klaus Iohannis et le Premier ministre Florin Cîțu sont politiquement bien mal inspirés. Les chefs officieux et officiel du Parti national-libéral (PNL), qui croyaient tenir les leviers du pouvoir en Roumanie, se sont cassé les dents sur une opposition unie au Parlement qui a adopté, mardi 5 octobre, la motion de censure déposée en septembre par 281 voix pour (sur 234 requis), un record depuis 1989. Neuf mois seulement après les législatives et la formation du gouvernement de coalition PNL-USR-Plus-UDMR, il faut donc (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous