Roumanie : la fin de la coalition PNL/ USR-Plus

| |

Les six ministres USR-Plus, allié du PNL, ont démissionné en bloc et leur parti a déposé une motion de censure contre le Premier ministre... La coalition au pouvoir depuis décembre 2020 est en train de voler en éclat, aucune des deux formations ne voulant plier devant l’autre. Décryptage des enjeux cachés de ce bras de fer dans lequel le président Iohannis joue un rôle crucial.

Par Florentin Cassonnet À première vue, cela ressemble à un puéril bras de fer, un combat entre deux coqs plus têtus l’un que l’autre : c’est à qui lâchera le dernier, quitte à ce que tout le monde perdre le pouvoir et risque des élections anticipées qui pourraient rebattre les cartes, et pas forcément à leur avantage. Le Premier ministre Florin Cîțu (Parti national-libéral, leader de la coalition au pouvoir) a limogé le ministre de la Justice Stelian Ion (USR-Plus, partenaire junior de la coalition) qui refusait de valider le « projet Anghel Saligny », un plan de financement de 10 milliards d’euros destiné au développement régional, ce que (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous