Roumanie : aux sources de la culture du plagiat, la faillite du système éducatif

| |

Des Premiers ministres, des ministres, des haut fonctionnaires... Les nombreux cas de plagiat de thèse doctorale ne peuvent pas être seulement considérés à l’aune d’une soi-disant malhonnêteté des politiciens. Ils sont d’abord la conséquence des faiblesses du système éducatif roumain. Enquête.

Adapté par Florentin Cassonnet (article original) Le 18 janvier, la journaliste Emilia Şercan, de Pressone, a révélé que 42 des 138 pages de la thèse de doctorat du Premier ministre Nicolae Ciucă (PNL) avaient été plagiées, un doctorat qu’il avait obtenu en 2003 à l’Université de la Défense nationale Carol I. Ce n’est pas la première fois qu’un homme politique ou un haut fonctionnaire est pris en flagrant délit de plagiat. Le plus connu et le premier cas de ce genre médiatisé en Roumanie est Victor Ponta, alors qu’il était Premier ministre en 2012. Il y a aussi l’ancien Premier ministre Mihai Tudose, l’ancien vice-Premier ministre Gabriel Oprea, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous