Roumanie : Radu Jude, un cinéma qui exhume les « taches noires » de l’histoire

| |

Après l’Ours d’argent à la Berlinale pour Aferim ! en 2015, il vient de recevoir l’Ours d’or pour son dernier film tourné pendant la pandémie, Bad Luck Banging or Loony Porn. Radu Jude s’impose comme un pilier de la « Nouvelle vague » du cinéma roumain. En appuyant là où ça fait mal. Rencontre.

Par Nikola Radić Vers un renouveau du cinéma roumain ? Si Radu Jude estime que « la Roumanie n’a pas une tradition cinématographique très forte », le cinéma roumain des dernières décennies s’est forgé une réputation internationale grâce à la « Nouvelle vague roumaine », émergée en 2004 et culminant avec la Palme d’or au film 4 mois, 3 semaines, 2 jours de Cristian Mungiu, au Festival de Cannes en 2007. Cette percée internationale et l’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne en 2007 ont ouvert de nouvelles perspectives de financement. Radu Jude, le petit jeune de ce lot de cinéastes, dresse pourtant un bilan mitigé. « On a un système de financement (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous