La Macédoine et la stabilité des Balkans : conversation avec les loups

| |

Un pays fragile, miné par ses divisions internes, à l’identité contestée par ses voisins : telle est l’image souvent donnée par la Macédoine. L’existence d’un État macédonien est pourtant indispensable à la sauvegarde des équilibres politiques des Balkans. Encore faudrait-il que l’Union européenne en prenne conscience et relance le processus d’intégration. L’analyse du journaliste suisse Andreas Ernst.

Par Nemanja Rujević « En donnant un nouveau rôle à la minorité albanaise, La Macédoine se redéfinit comme État. De cette quête d’identité dépend la stabilité des Balkans », explique le journaliste suisse Andreas Ernst dans les colonnes de la Neue Zürcher Zeintung. « Lorsqu’un pays adopte une loi sur la langue, il est rarement question de meilleure compréhension, mais presque toujours de l’affirmation d’une identité », continue-t-il, invoquant l’éventualité de voir l’albanais accéder au statut de langue officielle sur l’intégralité du territoire macédonien. Si la Commission de Venise confirme que cela est conforme à la Constitution, l’albanais pourra (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous