Grèce : le Théâtre national occupé, symbole du ras-le-bol des artistes

| |

Dans le centre de la capitale grecque, les artistes et intermittents du spectacles occupent le Théâtre national pour essayer de se faire entendre. Après une année de pandémie et de fermeture des salles, ils sont épuisés moralement et financièrement.

Par Fabien Perrier Dans le centre d’Athènes, une banderole proclame le « Théâtre National Ouvert ». Une autre : « Et si nos études étaient en marbre, nous prêteriez-vous attention ? » Les colonnes du bâtiment néoclassique qui abrite le Théâtre national grec sont devenues le lieu d’expression du ras-le-bol du monde du spectacle dans son ensemble. Artistes, étudiants, metteurs en scène, techniciens... Ils sont réunis pour trois raisons principales. Depuis un an, les salles de spectacle sont fermées dans les pays et le monde des arts est sans revenu autre que le chômage. Deuxième chose : suite aux révélations du #MeToo grec, aucun responsable n’a (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous